Elisabeth Bathory

L’autre figure du vampirisme c’est Elisabeth Bathory, dîtes la comtesse sanglante.

Il est impossible de s’intéresser au phénomène, réel ou imaginaire, du vampirisme sans se référer à un personnage qui défraya la chronique au XVIIE siècle en Hongrie et Transylvanie, et qui a provoqué, dans la mémoire des peuples, l’apparition d’une image surprenante, ambiguë, terrifiante, qui est loin de laisser indifférent : la comtesse Elizabeth Bathory est en effet une des incarnations les plus caractéristiques de ce que l’on a coutume de classer dans la catégorie des vampires humains, malgré les interférences inévitables qui se sont produites entre ce que l’on sait de sa vie et des zones d’ombre que l’on n’a pas osé dévoiler en plein jour. Ce fut une criminelle, assurément. Mais ce fut aussi une femme mystérieuse qui a emporté dans la tombe de lourds secrets qu’il est bien difficile de cerner en toute objectivité.

Elisabeth Bathory 250px-Bathory

Elizabeth Báthory est née dans une propriété familiale à Nyirbator en Hongrie le 7 aout 1570 . Elle passa son enfance au château de Ecsed. Son père était George Báthory, un frère d’un des princes de Transylvannie de la branche des Somlyó. Par sa mère elle était la nièce de Etienne Bathory, roi de Pologne.

Báthory, fut à l’âge de 11 ans engagée envers Nadasdy et déménagea  dans le château de Sárvár, où il est dit qu’elle aurait eu une aventure avec un paysan et aurait donné naissance à une fille illégitime mort-née. En 1575, à l’âge de 15 ans, elle se maria avec Nádasdy.

C’est dans une atmosphère très particulière, encombrée de sortilèges et de traditions ancestrales venus d’ailleurs, que se déroula l’enfance d’Elizabeth Bathory, et cela explique certainement beaucoup de choses concernant le comportement et le mode de pensée de cette comtesse qu’il faut bien se résoudre à qualifier de « , sanglante « .Il faut aussi prendre en compte la lourde hérédité d’Elizabet.

Sa lignée ne comportait pas que des petits saints, bien au contraire. Un certain nombre de ses ancêtres avaient été des brutes sanguinaires, et dans sa parenté immédiate se trouvaient quelques homosexuels mâles notoires. Un de ses frères était un dépravé pour lequel tout était bon, la plus tendre fillette comme la plus ratatinée des femmes âgées. Une de ses tantes grande dame de la cour de Hongrie défrayait la chronique scandaleuse : lesbienne impénitente, on disait, tribade  » à l’époque, elle était tenue pour responsable de la dépravation de douzaines de petites filles. Et puis, la propre nourrice d’Elizabeth, joIlona, qui deviendra son âme damnée, personnage trouble et inquiétant, pratiquant la magie noire et les sortilèges les plus pervers, eut une influence déterminante sur l’évolution de son esprit.

bathory2

Château de Csejth.

Les descriptions qu’on possède d’Elizabeth Bathory, ainsi qu’un portrait qu’on en a conservé, nous la montrent d’une grande beauté :  » Les démons étaient déjà en elle ; ses yeux larges et noirs les cachaient en leur morne profondeur ; son visage était pâle de leur antique poison. Sa bouche était sinueuse comme un petit serpent qui passe, son front haut, obstiné, sans défaillance. Et le menton, appuyé sur la grande fraise plate, avait cette courbe molle de l’insanité ou du vice particulier. Elle ressemblait à quelque Valois dessiné par Clouet, Henri Ill peut-être, en féminin 1.  » Bref, quelque chose de mélancolique, de secret et de cruel. Le blason des Bathory n’était-il pas composé de trois dents de loup, d’un croissant de lune, d’un soleil en forme d’étoile à six pointes, le tout entouré d’un dragon qui se mord la queue ?

On ne sait pas grand-chose sur la jeunesse et l’adolescence d’Elizabeth, sinon qu’elle se réfugiait souvent dans une solitude farouche. Par ailleurs, depuis son plus jeune âge, elle souffrait de maux de tête parfois intolérables qui la faisaient se rouler par terre. Était-ce de l’épilepsie ? Il semble plutôt qu’Elizabeth était en proie à des crises d’hystérie qu’il serait tentant d’assimiler à des crises de possession démoniaque.

Mais cette hystérie explique en partie sa déviance sexuelle : sa sensualité était exacerbée, mais morbide, et si elle ne refusa pas les contacts masculins, elle évolua toute sa vie dans des retraites peuplées uniquement de femmes ; elle ne sacrifia jamais un seul homme à ses débauches, mais uniquement des femmes, et elle était incontestablement homosexuelle.

Mais l’homosexualité d’Elizabeth Bathory n’était pas exclusive. On lui prête plusieurs aventures masculines avant son mariage et après son veuvage. Toute jeune, immédiatement après sa puberté, elle aurait eu une petite fille d’un paysan. Elle avait quatorze ans et elle était déjà fiancée à Férencz Nàdasdy, un comte appartenant à la meilleure noblesse hongroise, redoutable guerrier qui devint illustre et mérita, par la suite, le titre de  » Héros noir de la Hongrie « .

elisabeth20bathory Ces noces eurent lieu le 8 mai 1575. Elizabeth avait quinze ans, et son mari en avait vingt et un. Les nouveaux époux qui s’en allèrent passer leur lune de miel dans le château de Csejthe. Mais le séjour de Férencz Nàdasdy fut de courte durée. Ses devoirs de combattant l’appelaient à la guerre à travers toute la Hongrie et les pays avoisinants. Il laissa donc sa jeune et belle épouse régner sur le château de Csejthe et sur les vastes domaines qui l’entouraient. Que se passa-t-il donc alors ? Il est probable que la sensualité d’Elizabeth, fortement éveillée par son mari – qui lui fit d’ailleurs deux enfants – se sentit quelque peu frustrée. On lui prêta plusieurs intrigues amoureuses, mais sans lendemain, dont une avec un de ses cousins, le comte Gyorgy Thurzo, futur premier ministre de Hongrie et qui fut d’ailleurs, par la suite, son juge le plus sévère.

Cela ne veut pas dire que les époux ne s’entendaient pas bien : au contraire, leurs retrouvailles étaient toujours de nouvelles lunes de miel. Mais le seul tort du mari était d’être trop souvent absent. Et, un jour de 1586 ou 1587, alors que Férencz Nàdasdy était en plein combat contre les Serbes, on raconte qu’arriva au château de Csejthe un grand jeune homme au teint cadavérique, dont le nom est resté perdu pour l’histoire. Il était habillé de noir, avait de profonds yeux noirs et de longs cheveux noirs tombant jusqu’aux épaules.  Lorsque les servantes de la comtesse racontèrent au village de Csejthe qu’il avait aussi des canines qu’elles jugeaient anormalement longues, plus personne ne douta qu’un vampire s’était installé au château, et les villageois n’allèrent plus se coucher sans avoir soigneusement barricadé leurs portes et leurs fenêtres avec des planches.

Toujours est-il qu’Elizabeth s’absenta pendant plusieurs semaines. Était-elle partie avec son  » vampire  » ? Les villageois murmurèrent, paraît-il, que la comtesse avait été littéralement  » vampirisée  » par le sombre inconnu. Il est plus vraisemblable de croire que cet homme était une sorte de sorcier, ou de prêtre plein, qui initia Elizabeth à certaines pratiques magiques. Car elle ne faisait pas mystère de ses fréquentations auprès des mages, des sorcières et autres personnages, toujours féminins, qui officiaient dans les forêts, à l’abri des regards indiscrets.

Plus intrigante est la relation entretenue réellement par Elizabeth Bathory avec une mystérieuse inconnue, dont personne ne savait le nom, , et qui venait voir Elizabeth, déguisée en garçon. Une servante avait dit à deux hommes, – ils en témoignèrent au procès -, que, sans le vouloir, elle avait surpris la comtesse seule avec cette inconnue, torturant une jeune fille dont les bras étaient attachés très serrés et si couverts de sang qu’on ne les voyait plus. 

Cependant, Férencz Nàdasdy mourut soudainement en 1604. Devenue veuve, la comtesse semble n’avoir rien changé à son mode de vie. Les tortures qu’elle infligeait à ses servantes, elle les pratiquait depuis longtemps et son mari le savait parfaitement, considérant celles-ci comme de simples amusements de la part de sa femme. D’ailleurs, dans toutes les maisons nobles de ce temps, il était courant de fouetter les servantes pour un oui ou pour un non.

On raconte une curieuse anecdote à ce sujet, non pas sur le début des sévices opérés par Elizabeth, mais sur la naissance de sa fascination pour le sang qui coule. « Un jour qu’elle avait frappé une servante assez violemment pour la faire saigner du nez, parce qu’elle lui avait tiré les cheveux en la peignant, un peu du sang de la jeune fille tomba sur le poignet d’Elizabeth. Un peu plus tard, la comtesse crut remarquer que la peau de l’endroit où était tombé le sang était devenue plus blanche et plus douce que la peau environnante ».

Le souci primordial d’Elizabeth Bathory, depuis son plus jeune âge, avait été sa beauté: elle avait une peur atroce de vieillir et de s’enlaidir. Il n’en fallait pas plus pour s’imaginer qu’elle pouvait indéfiniment préserver sa beauté grâce à du sang frais de jeunes filles, de préférence vierges, donc revêtues de cette aura magique que confère la virginité.  » Le sang, c’est la vie !  » répétait Renfield au docteur Seward.

Monsterserie3elisabeth

Et cela nous ramène inévitablement au vampirisme.

A Csejthe comme ailleurs, Elizabeth était toujours accompagnée de sa nourrice jo Ilona et de sa servante Dorottya Szentes, dite Dorko, deux femmes vieilles, vulgaires, sales, d’une totale immoralité ‘ et probablement sectatrices d’une de ces mystérieuses cohortes de sorcières avorteuses qui pullulaient encore dans les campagnes de l’Europe centrale.

Autour de ce duo infernal, il y avait un homme à tout faire, Ujvari johanes, dit Ficzko, une sorte de nabot disgracieux, et une lavandière, Katalin Beniezky. Elizabeth vivait au milieu de cette troupe entièrement vouée à son service et à la satisfaction de ses instincts les plus bas. Mais il y avait aussi le personnel  » volant « , de belles jeunes filles dont elle faisait ses servantes, et parfois ses concubines, du moins tant qu’elle y trouvait une certaine nouveauté. Car ces  » servantes  » disparaissaient les unes après les autres, et il fallait bien que le  » personnel permanent  » se chargeât de renouveler un cheptel qui devait être toujours jeune et beau.

Un autre personnage vint bientôt compléter la sinistre troupe, une certaine Darvulia Anna. On a largement brodé sur cette femme sous prétexte que son nom évoque celui de Dracula. Il n’est pas nécessaire d’en venir là, car il apparaît que Darvulia était une sorcière de la meilleure tradition, une magicienne noire qui connaissait des formules et des incantations sataniques et qui n’hésitait pas, comme le fera plus tard la Voisin, en France, au moment de l’affaire des Poisons, à procéder à des sacrifices humains pour obtenir l’aide des puissances démoniaques. Sans doute Darvulia Anna sut-elle convaincre Elizabeth Bathory, déjà quadragénaire mais toujours très belle, qu’elle connaissait les recettes infaillibles pour prolonger indéfiniment cette beauté. La comtesse ne put plus se passer de Darvulia, et il est établi que la présence de cette « sorcière » ne fit qu’augmenter la fréquence des « sacrifices  » qu’Elizabeth offrait à la mystérieuse divinité assoiffée de sang qu’elle n’avait jamais cessé d’adorer depuis sa plus tendre enfance. Les plus belles filles de Transylvanie et de Hongrie, lorsqu’elles étaient repérées par les émissaires de la comtesse, prenaient le chemin du château de Csejthe. Tous les moyens étaient bons : menaces, intimidation, promesses d’argent, achat pur et simple dans certaines familles pauvres. Mais la plupart d’entre elles ne ressortaient jamais plus de la sinistre forteresse.

On a probablement fort exagéré les récits concernant les supplices infligés à ces innocentes jeunes filles par la comtesse Bathory et ses âmes damnées. Mais il en est de suffisamment établis pour se faire une idée de l’atmosphère malsaine et macabre qui régnait dans les souterrains du château de Csejthe. Les filles étaient frappées avec violence. Certaines avaient le cou percé selon la plus pure tradition vampirique. D’autres étaient liées avec des cordes qu’on tordait ensuite afin qu’elles puissent s’enfoncer dans les chairs, ce qui permettait de leur ouvrir les veines et de faire jaillir le sang sur la comtesse.

On prétend même’ qu’on remplissait parfois des baignoires de sang et qu’Elizabeth s’y baignait avec ravissement. Mais comme sa peau délicate ne supportait pas d’être essuyée avec des serviettes, ce sont d’autres filles qui devaient la débarrasser du sang en lui léchant tout le corps avec leurs langues. Celles qui, ne supportant pas une telle horreur, s’évanouissaient, étaient ensuite sévèrement châtiées avant de servir de victimes à leur tour. On imagine aisément le contexte érotique de ces rituels.

Il y a aussi la fameuse « Vierge de Fer ». Est-ce une légende ? Actuellement, cet automate monstrueux peut encore être vu au château de Riegersburg, en Styrie. Est-ce celui dont, paraît-il, se servait la comtesse Bathory? Il s’agissait d’une statue de bois articulée, avec des mécanismes de fer, en forme de femme. Image de la déesse cruelle qu’adorait Elizabeth ? Peut-être. Ce qu’il y avait de terrible dans cet automate, c’était les pointes acérées qui pouvaient transpercer les corps qu’on soumettait à l’étreinte de la  » Vierge ». Car il est possible que des filles aient été ainsi livrées à la Vierge de Fer: les bras de celle-ci se refermaient sur le jeune corps et le pressaient de plus en plus contre les pointes acérées, permettant au sang de couler en abondance, sous les yeux d’Elizabeth et de celles qui partageaient obligatoirement ses infernales jouissances.

Des rumeurs incroyables parvinrent jusqu’à la cour de Vienne, et les autorités ecclésiastiques, sentant qu’il y avait sans doute des pratiques relevant de l’hérésie ou du paganisme, commencèrent à se livrer à de discrètes enquêtes. Mais comment faire pour savoir la vérité, alors qu’en principe, la belle comtesse Bathory était insoupçonnable et  » intouchable  » ?Évidemment, personne n’osait porter officiellement plainte, pas même les parents des jeunes filles disparues qui craignaient trop les représailles, y compris celles de forces diaboliques qu’on disait être au service de la comtesse. Les Bathory et les Nàdasdy étaient bien trop puissants… Mais cela n’empêcha nullement le roi Matthias de Hongrie de prendre l’affaire en main.

L’envoyé du roi Matthias fut très vite édifié, et, lorsqu’il eut fait son rapport, la décision du roi fut implacable: arrêter la comtesse Bathory et tous ses complices. Et cette tâche, il la confia à un autre cousin d’Elizabeth, et qui avait été un temps son amant, son premier ministre, le comte Gyorgy Thurzo.

Le 29 décembre 1610, à la tête d’une troupe armée et accompagné du curé de Csejthe – à qui il arriva d’ailleurs une curieuse aventure à cause d’un groupe de chats ! – et en présence des deux gendres d’Elizabeth Bathory, le comte Thurzo pénétra dans le grand château. La garnison n’opposa aucune résistance et les grandes portes étaient même entrouvertes. Tous purent donc pénétrer à l’intérieur sans aucune difficulté.

Ils descendirent au souterrain des crimes, d’où montait une odeur de cadavre, et pénétrèrent dans la salle de tortures aux murs éclaboussés de sang. Là se trouvaient encore les rouages de la , « Vierge de Fer « , des cages et des instruments, auprès des brasiers éteints. Ils trouvèrent du sang desséché au fond de grands pots et d’une sorte de cuve ; ils virent les cellules où l’on emprisonnait les filles, de basses et étroites chambres de pierre; un trou profond par où l’on faisait disparaître les gens; les deux branches du souterrain, l’une conduisant vers le village et débouchant dans les caves du petit château, l’autre allant se perdre dans les collines… Enfin, un escalier montant dans les salles supérieures. Et c’est là, étendue près de la porte, que Thurzo vit une grande fille nue, morte; celle qui avait été une si belle créature n’était plus qu’une immense plaie. A la lumière de la torche, on pouvait voir les traces laissées par les instruments de torture: la chair déchiquetée, les seins tailladés, les cheveux arrachés par poignées; aux jambes et aux bras, par endroits, il ne restait plus de chair sur les os.

Lorsque le comte Thurzo se présenta devant elle, elle ne songea pas un seul instant à nier l’évidence. Aux accusations que lui porta légalement son cousin et ex-amant, elle répondit que tout cela relevait de son droit de femme noble, et qu’elle n’avait de comptes à rendre à personne. Sans se laisser impressionner, Thurzo la fit mettre sous surveillance, et la comtesse s’enferma dans un mutisme hautain dont elle ne se départit jamais plus.

Le reste est à l’avenant et nous prouve que le marquis de Sade, dans son délire somme toute parfaitement inoffensif, n’a rien inventé. Car ces témoignages, quelles que soient les réserves qu’on peut émettre à leur propos, sont terriblement accablants. Et, sans trop risquer de se tromper, il faut bien se résoudre à accepter comme un minimum absolu le chiffre ahurissant de six cents jeunes filles sacrifiées par la comtesse Elizabeth Bathory et ses complices. La comtesse fut évidemment reconnue coupable par les juges qui se penchaient sur son cas.

Quant à la comtesse de sang royal Elizabeth Bathory, elle fut condamnée à être murée vive dans ses appartements privés du petit château de Csejthe. Sous la surveillance des juges et du comte Thurzo, des maçons murèrent donc les fenêtres et les portes de ses appartements, ne laissant qu’une petite ouverture par laquelle on passerait tous les jours de l’eau et de la nourriture. Elizabeth Bathory se laissa enfermer sans prononcer une parole. Elle vécut quatre ans dans la solitude et l’obscurité. Aux dires de ceux qui la virent dans son dernier sommeil, en dépit de son âge – très avancé pour l’époque – de cinquante-quatre ans, sa beauté était inaltérée. Et l’on retrouva, dans ses appartements, de nombreux grimoires, et surtout des invocations sataniques dans lesquelles elle conjurait le Diable de faire mourir ses ennemis, le comte Thurzo en tête, et de leur envoyer des démons sous forme de chats noirs. C’est ce qui était arrivé au curé de Csejthe Igrsqu’il avait accompagné les justiciers dans les souterrains du château. Coïncidence? Il est bien certain que la magie, et une magie des plus noires et des plus sinistres, est la seule explication plausible de l’invraisemblable comportement de la comtesse Elizabeth Bathory.

Elizabeth Bathory a emporté son secret dans la tombe, si tant est qu’elle ait réellement une tombe. Car les vampires, c’est bien connu, ne meurent jamais vraiment.

 

7 Réponses à “Elisabeth Bathory”

  1. shining-night dit :

    salut, je suis venu me renseigné sur elizabeth bathory car j’ai regardé le film  » stay alive  » et sa ma donné envie d’en savoir plus, je suis contente c’est tres bien resumé et c’est une histoire des plus efroyable mais interessante. tu as vu ce film ? il s’inspire de son histoire. par contre parfois il y a quelques fautes dans le texte mais on comprend tout de meme.

  2. louve dit :

    bonjour shining-night.
    Merci d’avoir laissé un commentaire sur ce sujet.
    Pour les fautes je suis désolée, je l’ai écris sur le coup de la passion.
    L’histoire est effroyable, oui. Mais surtout, elle est passionnante. Cette comtesse a vécu dans le péché et dans le luxe toute sa vie et elle est morte de la même manière que ceux qu’elle a tué : dans la souffrance.

    Pour ce qui est du film, oui, je l’ai vu. J’ai bien aimé malgré qu’il reste trop de choses sous silence notamment sur la vie d’Elisabeth.
    Cependant l’idée de parler de cette femme par le biais d’un jeux vidéo, c’était une bonne idée.

  3. mimi dit :

    je trouve ke le fil « stay alive » etait mortelle il fait peur et comme la dit shining-night cest pour sa ke je e ss 1teresser a La comptesse Sanglante Elizabeth Batory en + j’aime bi1 les tuk du moyen-age les truk dorreur donk c’est bi1 pour mwa !!!!! lol a+ big kiss a louve et a shining-night

  4. Marysia dit :

    Tout bonnement captivant.
    Je regardais un documentaire sur Vlad III ce soir, et les brèves recherches que j’ai faites m’ont ensuite conduit jusqu’à la comtesse sanglante puis jusqu’à ton blog. Très intéressant d’ailleurs.

    Par rapport au commentaire de Shining Night et à la réponse que tu as adressé, vous parlez d’un film « Stay Alive ». En ce qui me concerne je ne supporte pas les films d’horreurs donc nécessairement ça devient compliqué pour moi de voir ça.
    Par contre, que penses-tu des vampires d’Anne Rice ?

  5. Lamie dit :

    pour les vampires d’anne rice, j’avoue ne pas en connaitre suffisemment pour pouvoir donner un avis sur eux.

    J’aime beaucoup les vampires dans « entretien avec un vampire ». Je les trouve attachant et captivant ^^

    Pour le film stay alive Marysia, je ne trouve pas qu’il fasse peur, par contre on apprend des détails sur la vie d’elisabeth bathory ^^ chose qui peut se révéler intéressante.

  6. Marysia dit :

    En fait, « Entretien avec un vampire » et « la Reine des Damnés » sont deux oeuvres d’Anne Rice, mais autant l’adaptation cinématographie de la première est vraiment bien, autant je te déconseille celle de la seconde. Enfin c’est vrai que les personnages sont terriblement charmants, et telement complexes. Tout particulièrement Lestat. Si toi aussi t’as eu un coup de coeur pour ce grand malade, tu devrais peut-être te pencher sur « Lestat le Vampire » toujours d’Anne Rice.

    Quant à Stay Alive, le problème ne provient pas du film mais de mon imagination débordante qui comble chaque espace sombre par une entité malveillante. Pratique la nuit.

  7. Bathory dit :

    Bien moi j’ai ecoute ce film … Stay alive… mais celui que je trouve meilleur sur la vie d Erzsebet Bathory est …Bathory… car il relate sa vraie vie lorsqu’elle etait de ce monde.

Laisser un commentaire