D-war ( dragon war)

D-war ( dragon war) dans films 2

Un vieil antiquaire apprend à Ethan, un jeune garçon, qu’il est la réincarnation d’un guerrier légendaire mort il y’a plus de 500 ans pour sauver sa bien-aimée d’un immense dragon nommé Buraki. Il lui confie une mission : retrouver la réincarnation humaine de Narin, la bien-aimée du guerrier, afin de combattre à nouveau ensemble.
Vingt ans plus tard, Ethan est devenu reporter. Alors qu’il rencontre par hasard la réincarnation de Narin, un immense serpent fait son apparition à Los Angeles…

Ce film coréen risque de faire parler de lui. On pourrait penser à un film américain car cela se passe à Los Angeles, mais lorsqu’on vient 500 ans en arrière à l’aide de flash back, on se retrouve en Corée. Seul bémol : savoir parler le coréen car il n’y a aucun sous-titre. Et puis le film avance, on comprend de suite qui seront les personnages principaux, ce qui les liera. L’histoire aurait pu être beaucoup plus intéressante sans cet enchaînement qui ne laisse personne respirer. Et voilà que je t’envoie des effets spéciaux plein la figure. ( Les dragons, l’armée du mal et le combat des dragons au final valent quand même la peine) . S’ensuit ensuite des scènes qui ne vous seront pas inconnu : Le serpent qui poursuit l’automobile vous fera penser au tyranosaure dans jurassik park. Le serpent qui monte au building à king kong. Le serpent qui se fait attaquer par l’armée de l’air et l’armée de terre vous fera penser à godzilla… Bref beaucoup de reprises de scènes mythiques. 

Autre chose étrange : le caméraman, ami du héros. Il est toujours là au bon moment. Il se retrouve toujours seul face à l’ennemi ( le chef de l’ armée du dragon, le serpent…). Mais on ne voit que les héros qui comme toujours fuient. Le caméra-man lui, revient toujours intact, par quel miracle?

Je vous laisse juger en sachant que je ne connais pas la sortie de ce film en France, et que personnellement, il ne vaut pas la peine de s’attarder dessus.

 

note : 4/10

 

Laisser un commentaire