• Accueil
  • > Archives pour janvier 2008

Archive pour janvier 2008

Un vide.

Samedi 12 janvier 2008

Il existe quelque fois des moments de vide. Des moments où on se sent seul. Des instants douloureux et qui nous rendent nostalgiques. Je vis un de ces moments là.

Je ne suis pas seule, et pourtant je n’ai pas l’impression d’avoir quelqu’un qui me comprendrait. Je crois que c’est dans ces moments là que j’ai le plus besoin d’écrire.

Ecrire ça me permet de savoir que j’existe et que j’ai des ambitions. Que je ne suis pas un clone de notre société. Ecrire c’est une façon d’extérioriser ce que je ressens au plus profond de moi-même sans personne à part moi pour le comprendre.

Et c’est quand on est incomprise, qu’on se sent seule.

Je viens de boucler encore une nouvelle. Encore deux et je les ais toutes bouclé. J’ai l’impression d’avancer, tout doucement et cela me fait du bien.

sourcellerie de terry pratchett

Samedi 12 janvier 2008

sourcellerie de terry pratchett dans romans La magie, c’est de la bouillie pour les chats. Voici la sourcellerie, la puissance thaumaturgique de l’Aube des Temps! Elle pénètre le Disque-Monde par l’entremise du huitième fils d’un mage ( défroqué oui!).

Disons-le tout net : casse-cou.

Faudra-t-il compter sur Rincevent pour sauver les meubles? Il a plus d’un tour dans son sac percé. Il a aussi une équipe de choc, avec le pusillanime Bagage -tellement humain!- et le subtil bibliothécaire de l’université des mages -tellement simiesque!

Avec Nijel le Destructeur, jeune héros par correspondance, et Conina, la fille du plus célèbre Barbare, par qui tombent les coeurs et les coups. Et, en prime, un séjour inoubliable dans la cité d’Al Khaki, sous la houlette du Sériph Créosote. 

Attention, ce tome-ci présente beaucoup plus d’action que les précédents! L’apocralypse est proche!Beaucoup plus rythmé que les précédents, ce tome-ci nous montre que Rincevent même s’il est trouillard cache bien son jeu, car il saura déjouer de nombreux obstacles! On fera également la connaissance de Conina, la fille de Cohen le Barbare. C’est une jeune femme très belle mais qui a un penchant pour la violence. Oh bien sûr, elle tente de changer, mais c’est dans ses gênes. Nijel, le jeune héros est aussi un personnage attachant. Le fait qu’il ait sans cesse recours à son manuel du super barbare est très hilarant. Manuel écrit par Cohen le barbare lui-même! Bref ce cinquième tome est très bien. L’humour, quoique moins présent, se fait chaque fois de la même manière. Il s’incruste dans un moment quasi dramatique! Je vous laisse découvrir ce cinquième volet de la série la plus déjanté en fantasy!

note :9/10

Mortimer de terry pratchett

Samedi 12 janvier 2008

Mortimer de terry pratchett dans romans mortimer Mortimer court à travers champs, agitant les bras et criant comme une truie qu’on égorge.

 » Il a du coeur » fait son père adossé contre un muret.

« Dame, c’est le reste qu’il lui manque », répond l’oncle Hamesh.

Mais à la foire à l’embauche, la Mort le remarque et l’emporte sur son cheval Bigadin. Il faut la comprendre : elle a décidé de faire la vie; avec un bon commis, elle pourrait partager le travail quotidien, ce qui lui laisserait des loisirs.

Un grand destin attend donc Mortimer. Mais…est-ce bien raisonnable?

Un scénario qui décoiffe, une distribution prestigieuse et … peut-être… une apparition exceptionnelle de l’illustre Rincevent. 

Ce quatrième tome de la série, permet de découvrir un personnage des plus énigmatiques : la Mort. oubliez la Mort ennuyeuse et sans coeur. Car dansMortimer, la Mort a même une fille et un majordome dans sa belle maison. Mais la mort est donc papa? C’est à dire qu’il a une compagne quelque part?Non, la Mort a juste recueilli une orpheline afin d’en apprendre davantage sur les humains.

Morty est un personnage attachant quoiqu’il n’en fasse qu’à sa tête lorsqu’il prend la place de la Mort. Au rendez-vous? Des mages déjantés, des assassinats, ses fanatiques religieux, le quatrième tome aura de quoi vous faire mourir de rire.

note :9/10

Une femme de caractère : diva avari

Vendredi 11 janvier 2008

J’ai tout de suite adoré sa première chanson. Je trouve que cela change de toutes les petites minettes à qui on donne un micro.

Voici donc sa première chanson, qui vous fera bien rire

http://www.dailymotion.com/video/xq172
la seconde musique que j’adore c’est celle-ci

Image de prévisualisation YouTube
 

 

Ne me demandez pas pourquoi, je trouve juste que cette chanteuse a du caractère :p

La huitième fille terry pratchett

Jeudi 10 janvier 2008

La huitième fille terry pratchett dans romans 51J04KVZNYL._AA240_ Sentant venir sa mort prochaine, lemage Tambour Billette organise la transmission de ses pouvoir, de son bourdon, de ses fonds de commerce. Nous sommes sur le Disque-Monde ( Vous y êtes? Nous y sommes). La succession s’y effectue de huitième fils en huitième fils. Logique. Ainsi opère le mage. Puis il meurt. Or, il apparait que le huitième fils est cette fois… une fille. Stupeur, désarroi, confusion : jamais on n’a vu pareille incongruité.

Trop tard, la transmission s’est accomplie au profit de la petite Eskarina. Elle entame son apprentissage sous la houlette rétive de la sorcière Mémé Ciredutems…

Après la huitième couleur et le huitième sortilège, voici la troisième huitième. Ne craignez pas la réplétion : comme tant d’autres avant vous, « vous en redemanderz » selon l’incontournable adage de Jérôme Bosh. 

Ce roman est indépendant des deux autres. Vous découvrirez la place des hommes et des femmes sur leDIsque-Monde. Vous découvrirez la différence entre les mages et les sorcières ( autre que leur sexe). Ce tome est aussi bon que les autres. Les personnages sont tous loufoques, une fois de plus et on peut que s’intéresser au sort de la jeune Eskarina. Comment compte-t-elle entrer dans l’université invisible alors que cet endroit est interdit aux femmes?

Je vous laisse découvrir cette aventure… 

note :9/10

D-war ( dragon war)

Mardi 8 janvier 2008

D-war ( dragon war) dans films 2

Un vieil antiquaire apprend à Ethan, un jeune garçon, qu’il est la réincarnation d’un guerrier légendaire mort il y’a plus de 500 ans pour sauver sa bien-aimée d’un immense dragon nommé Buraki. Il lui confie une mission : retrouver la réincarnation humaine de Narin, la bien-aimée du guerrier, afin de combattre à nouveau ensemble.
Vingt ans plus tard, Ethan est devenu reporter. Alors qu’il rencontre par hasard la réincarnation de Narin, un immense serpent fait son apparition à Los Angeles…

Ce film coréen risque de faire parler de lui. On pourrait penser à un film américain car cela se passe à Los Angeles, mais lorsqu’on vient 500 ans en arrière à l’aide de flash back, on se retrouve en Corée. Seul bémol : savoir parler le coréen car il n’y a aucun sous-titre. Et puis le film avance, on comprend de suite qui seront les personnages principaux, ce qui les liera. L’histoire aurait pu être beaucoup plus intéressante sans cet enchaînement qui ne laisse personne respirer. Et voilà que je t’envoie des effets spéciaux plein la figure. ( Les dragons, l’armée du mal et le combat des dragons au final valent quand même la peine) . S’ensuit ensuite des scènes qui ne vous seront pas inconnu : Le serpent qui poursuit l’automobile vous fera penser au tyranosaure dans jurassik park. Le serpent qui monte au building à king kong. Le serpent qui se fait attaquer par l’armée de l’air et l’armée de terre vous fera penser à godzilla… Bref beaucoup de reprises de scènes mythiques. 

Autre chose étrange : le caméraman, ami du héros. Il est toujours là au bon moment. Il se retrouve toujours seul face à l’ennemi ( le chef de l’ armée du dragon, le serpent…). Mais on ne voit que les héros qui comme toujours fuient. Le caméra-man lui, revient toujours intact, par quel miracle?

Je vous laisse juger en sachant que je ne connais pas la sortie de ce film en France, et que personnellement, il ne vaut pas la peine de s’attarder dessus.

 

note : 4/10

 

123