Archive de la catégorie ‘films’

l’anneau sacré

Samedi 15 décembre 2007

l'anneau sacré dans films l-anneau-sacre-thumbLe récit de The Curse of the Ring repose sur le mythe allemand Das Nibelungenlied et la fable norvégienne Volsunga Saga. Ces deux légendes ont inspiré The Ring Cycle de Richard Wagner et The Lord of the Rings de J.R.R. Tolkien.
Le jeune forgeron Siegfried s’est gagné la sympathie de ses pairs en éliminant un adversaire implacable, le dragon Fafnir. Sa récompense est un gigantesque trésor qu’il lui faudra d’abord trouver. Lorsqu’il le découvre enfin, Siegfried néglige la terrible malédiction qui y est liée. Par son geste, il met non seulement le royaume en péril mais également la vie de celle qu’il aime, l’éblouissante reine Brunhild.

Budgeté à hauteur de 23 millions de dollars, on sent tout de suite que cette production de 127 minutes réalisée par Uli Edel n’a rien à envier à certains films diffusés en salles. Réalisation plutôt sobre, photo soignée, acteurs dans leur grande majorité inspiré par leur rôle… Ajoutons à cela une relative mais bien présente fidélité envers le matériau d’origine, quand bien même le tout est-il un peu aseptisé. On entrevoit donc quelques limites, mais dans l’ensemble, voilà un téléfilm honorable, que l’on n’hésitera pas à revoir à l’occasion.

le fantome de l’opéra

Samedi 15 décembre 2007

le fantome de l'opéra dans films 18400051Au XIXe siècle, dans les fastes du Palais Garnier, l’Opéra de Paris, Christine, soprano vedette, est au sommet de sa gloire. Son succès est dû à sa voix d’or et aux mystérieux conseils qu’elle reçoit d’un « Ange », un fantôme qui vit dans les souterrains du bâtiment.
L’homme, un génie musical défiguré qui vit reclus et hante l’opéra, aime la jeune fille d’un amour absolu et exclusif. Lorsque Raoul entre dans la vie de Christine, le Fantôme ne le supporte pas…

Ce film est l’un des plus romantiques que j’ai pu voir. Les acteurs sont tout simplement grandioses et leur voix sublimes. Les décors sont plus que magnifiques: ils nous ensorcellent. L’histoire nous touche et on se prend de compassion pour le mystérieu fantôme défiguré.

18394738 dans films

the island

Samedi 15 décembre 2007

the island dans films 18435448D’ici quelques décennies…
Lincoln Six-Echo et sa camarade Jordan Two-Delta font partie des centaines de Produits d’une immense colonie souterraine où la vie est étroitement surveillée et régie par des codes très stricts. Le seul espoir d’échapper à cet univers stérile est d’être sélectionné pour un transfert sur « l’Île ». A en croire les dirigeants de la colonie, l’Île serait le dernier territoire à avoir échappé à la catastrophe écologique qui ravagea notre planète quelques années auparavant et en rendit l’atmosphère à jamais irrespirable…
Lincoln, comme la totalité de ses congénères, a longtemps cru à ce paradis. Mais depuis quelque temps, des cauchemars récurrents troublent ses nuits, et le jeune homme commence à s’interroger sur le sens de sa vie et les restrictions faites à sa liberté.
Poussé par une curiosité tenace, Lincoln découvre bientôt l’atroce vérité

18440096 dans films

dark city

Samedi 15 décembre 2007

Un matin, un homme se réveille dans une chambre d’hotel. John Murdoch découvre qu’il est recherché pour une série de meurtres sadiques. Cependant, il ne se souvient de rien. Traqué par l’inspecteur Bumstead, il cherche a comprendre et part a la recherche de son identité. Il s’enfonce dans un labyrinthe mysterieux ou il croise des créatures douées de pouvoirs effrayants. Grace au docteur Schreber, Murdoch réussit à se remémorer son passé et la série d’atroces assassinats dont il est le suspect numéro un.dark city dans films dc07

darkcity dans films

silent hill

Samedi 15 décembre 2007

silent hill dans films silent_hill_103

Enfin un film dont j’attendais impatiemment la sortie en DVD!!

Pour beaucoup Silent Hill est ce que l’univers du jeu vidéo a fait de mieux dans le domaine de la peur, dans la façon de la traiter et de la rendre palpable. Silent Hill donne un visage à nos peurs en faisant appel à des sensations diverses et intelligement variées.

big_1663_silent_hill__erstes_filmbild_aufgetaucht dans filmsSilent Hill est sobre, très sobre, exactement ce que l’on attendait pour l’adaptation d’un tel titre. Pas question ici de partir en vrille caméra à l’épaule pour simuler des effets de terreur totalement vains. Fort d’une connaissance cinématographique capable d’en ridiculiser plus d’un, Gans réussit à tirer de Silent Hill un univers visuel cauchemardesque au dernier degré. Chaque retentissement des sirènes, annonciatrices de l’avènement des ténèbres sur Silent Hill, vous fera craindre le pire et vous avez sincèrement raison. L’aspect visuel est sans nul doute le point le plus fort de ce film. Les monstres du jeu sont tous présents: de pyramid head aux infirmières sexy mais mosntrueuses. Les rares scènes où on les voit, en feront frémir plus d’un.

silent_hill_big

L’esthétique du film est grandiose et sauve la mise des dialogues parfois ennuyeux. Car c’est sur l’atmosphère et le visuel que le réalisateur a tout donné. L’histoire quant à elle reste fidèle au jeu et plaisante. On a peur, mais on en redemande!

silent_hill_101

Un film à voir donc!

the grudge

Samedi 15 décembre 2007

Et oui, il faut parler d’un tel film asiatique et américain.
the grudge dans films 18398474Alors je vous offre un bref aperçu de ce film o combien magnifique. AU Japon, existe une maison maudite. Quiconque y entre et y voit ce qu’il ne devrait même pas entendre, se voit maudit à son tour par la vision d’une étrange personne. C’est ainsi que beaucoup sont victimes de the grudge. Karen, une jeune américaine, se voit offir le poste d’aide à domicile dans ladite maison. D’abord étonnée du comportement de l’occupante des lieux, elle finira par rencontrer à son tour la malédiction. Mais au lieu de fuir et de se battre, elle tentera de comprendre ce qu’il s’est réellement passé autrefois dans cette demeure.

The Grudge, malgré quelques imperfections, est très réussi. Il est pourtant rare aux Etats-Unis de réussir un remake d’un film d’horreur asiatique et d’atteindre le même degré d’adrénaline. En effet, les films d’épouvante asiatiques  jouent essentiellement sur la peur psychologique du spectateur avec des scénarios souvent liés à des fantômes, comportent très peu de musique et mettent en scène des personnages souvent terrifiants dans des endroits angoissants et glauques

Dans The Grudge, réalisé par le japonais Takashi Shimizu (qui a souhaité faire lui même le remake de son propre film original, c’est d’ailleurs peut être la raison de sa réussite), l’ambiance et les ingrédients des films asiatiques sont présents tout en mêlant quelques aspects hollywoodiens. Le début du film reste assez flou car plusieurs histoires s’enchaînent parallèlement avec quelques flash-backs, puis tout s’embrique au fur et à mesure pour déboucher finalement sur une histoire assez simple mais efficace. Côté casting, on retrouve avec grand plaisir la belle Sarah Michelle Gellar (qui fait son come back dans le film d’horreur et qui a d’ailleurs largement contribué au succès du film), avec un rôle sur mesure parfaitement interprété, comme quoi ce genre est sûrement celui qui lui va le mieux. Les scènes d’angoisse sont presque toutes réussies et feront sursauter les moins habitués.

Je ne dirais pas avoir sursauté. Je mentirai (lol). Mais j’ai grandement apprécié. Il restera donc pour moi l’un des films les plus sombres, les plus étranges mais surtout les plus imprévisibles que j’ai pu voir ( pour le moment lol )

123