Archive de la catégorie ‘films’

Rochester le dernier des libertins

Samedi 15 décembre 2007

00356909.jpgCe film m’a complètement subjugué. Une fois de plus, Johnny nous montre son grand talent d’acteur. Pas une seule fois, il ne manque à son devoir, celui de satisfaire le spectateur. Tout commence fort avec un prologue offert par notre magnifique libertin.
Un prologue qui laisse penser au pire comme au meilleur du film.

« Je m’exprimerais d’emblée en toute franchise. Vous ne me chérirez point. La gente féminine me conspuera, les gentils hommes m’envieront, vous ne me chérirez point du tout et ce ressentiment ne fera que s’accroître au fil des jours. Gente dame, un avertissement : je suis prêt à forniquer. Continuellement. Ce n’est ni une boutade ni une opinion c’est une prouesse que la science a pu vérifier et j’en fais profiter plus d’une tous les jours. Vous m’observerez en pleine besogne et vous soupirerez d’en jouir vous aussi. N’en faite rien. Cela vous causerait moult problème mais il vaut mieux que vous parveniez à vos conclusions à distance plutôt que d’attendre le moment où je remonterai vos jupons par-dessus vos têtes. Très chers messieurs, gardez espoir. J’aime les mâles également et l’avertissement tient aussi pour vous. Retenez vos flasques érections jusqu’à l’heure de mon choix et plus tard quand vous forniquerez et, croyez moi, vous forniquerez, elles devront être prêtes à l’emploi et je pourrais savoir qui de vous m’a désobéi. Je vous souhaite de forniquer. Avec l’image omonculaire de votre serviteur dans les testicules. Ressentez comment ce fut pour moi, comment c’est pour moi et méditez. Ce frisson était-il identique au frisson qu’il a ressenti ? A-t-il connu un moment plus profond ? Ou y-a-t-il quelques murs d’extrêmes détresses contre lesquels nous butons tous à l’instant où nous atteignons ce fabuleux moment ? J’en ai finis. Ceci est mon prologue. Il n’y a ni rime, ni manifestation de modestie, vous n’en attendiez point de moi j’ose espérer. Je suis John Wilmot, deuxième comte de Rochester et je refuse par dessus tout de vous plaire. »

Le film quand à lui est magnifique. Un peu de poésie, quelques passages crus sans être trop démonstratifs. La sexualité tient la première place dans ce film. La sexualité oui, mais pas les sentiments. En témoigne ce dialogue :

«  Je t’ai manqué ?

-         Non, c’est votre or qui me manquait.

Excellent, je hais les catins qui ont des sentiments. »

Mais pourtant, au fur et à mesure de ce ô combien magnifique film, on s’aperçoit que Johnny tombe amoureux d’une comédienne de théâtre. Promit à une autre femme, on le voit lutter contre ses réelles envies. Déboussolé, ne sachant que faire, on le voit sombrer petit à petit dans l’alcool et pourtant, il garde son charisme, sa prestance. Tout au long du film, on ne cessera donc de se demander ce qu’il souhaite vraiment. Le libertinage reste le thème primordial de ce film. Toutefois, le théâtre et la façon de jouer une pièce tiennent aussi une place importante. On remarquera la qualité des acteurs qui tous jouent leur rôle à la perfection. Ce film est donc à voir et à revoir pour notre plus grand plaisir.

dragon rouge

Samedi 15 décembre 2007

red-dragon.jpg Il existe des films que vous adorez, des films qui vous intéresse dès le début.  Dragon rouge fait partie de cela pour moi. Le regarder encore et toujours, inlassablement est possible.

L’histoire?  Brillant profiler du FBI, Will Graham est parvenu à arrêter le Dr Hannibal Lecter, le tueur anthropophage, au prix de bien des séquelles psychiques. On le tire de sa retraite car lui seul pourrait démasquer un tueur de la pleine lune. Mais pour y parvenir, Graham va avoir besoin du brillant esprit criminel de son terrifiant ennemi : Lecter.

De quoi prévoir beaucoup de mouvements et de retournements de situation.  L’ambiance est glauque, opressante.  Hannibal est des plus cynique et l’acteur parvient toujours à rendre un personnage impeccable et sans reproche.  Mais ne vous y trompé pas, dragon rouge est le premier de la série. Vient ensuite le silence des agneaux  et hannibal.

Je conseille donc ce film à tous les amoureux d’ambiance glauque, à tous les amoureux de thriller, à tous les amoureux d’hannibal.

l’étrange noël de monsieur Jack

Samedi 15 décembre 2007

l'étrange noël de monsieur Jack dans films affiche-w434-h578-q80-copie-1   Voici un conte magnifique une fois de plus de tim burton. Un magnifique film à regarder pendant les fêtes de noël pour toute la famille. Ce film époustouflants nous conte l’histoire de Jack Skellington le roi des citrouilles de la ville d’Halloween. Ce roi découvre un beau jour la fête de noël et il décide de célébrer lui-même cette fête.

Un film qui a beaucoup été apprécié par le soin apporté à l’histoire et aux personnages grandioses.

Il ne faut surtout pas oublier de soigner la bande originale du film qui est elle aussi un bijoux.  Et d’ailleurs elle a été revu pour rendre hommage à Dany Elfam. Des artistes tels que Marylin Manson, les Fall Out Boy, Fiona Apple et d’autres encore, ont prété leur voix à la nouvelle version de la bande originale. A revoir et à réécouter donc!

123